Exceptionnel : Livraison OFFERTE !!

Les jeux dangereux chez les enfants : Quels sont-ils?

Publié par Jonathan DAVID le

Les jeux dangereux chez les enfants : Quels sont-ils?

Les jeux interdits et les enfants

On entend régulièrement parler de ces jeux dangereux une fois qu’un drame est survenu à l’école, au centre de loisir ou la maison. Ces jeux dangereux sont le plus souvent tabous dans le milieu familial ou scolaire car on pense à tort que cela ne peut pas se passer au sein de notre foyer.

En effet, les enfants font tout pour dissimuler ces pratiques interdites car ils savent qu’elles dangereuses. Aujourd’hui n’importe quel enfant peut y participer un jour, par défi ou par peur de l’exclusion du groupe, et cela peu importe son milieu social.

Ces « jeux » ou pratiques dangereuses peuvent créer de véritables traumatismes, des troubles psychologiques importants et même entraîner la mort dans les cas les plus importants.

Il convient au préalable, ou lorsque de telles pratiques sont repérées ou suspectées, d’informer les enfants des conséquences pouvant résulter de ces pratiques dangereuses.

Si la liste de ces pratiques ne cessent de s’allonger au fil des années ( tout comme celle des victimes), notre équipe à réaliser une liste non exhaustive des différents jeux interdits auxquels un enfant ou un adolescent peut être amené à pratiquer ou à y être au cours de sa scolarité.

Les jeux d'agression

Plus répandus au collège, ils se pratiquent malgré tout occasionnellement en primaire. Ces pratiques font l’objet de prévention régulière mais insuffisante compte tenu du nombre de victimes répertoriées annuellement. Le but de ses jeux est la montée d’adrénaline car chaque participant est en général pleinement conscient des conséquences même s’ils ne se doutent pas des répercussions physiques et/ou psychologiques…

La canette :

Le jeu de la canette consiste à lancer au pied, tout comme avec un ballon, une canette métallique qui doit être attrapée par un joueur. Pour cela, un cercle de plusieurs personnes est formé. Celui qui fait tomber la canette, est alors asséné de coup ou lynché par les autres joueurs.

Le petit pont massacreur:

Un groupe de joueurs joue avec une balle, celui qui laisse la balle passer entre ses jambes durant la partie est victime de coup par l’ensemble des joueurs.

La mort subite ou jeux des couleurs:

Dès le matin, les enfants désignent une couleur. Celui qui porte le plus de vêtements de cette couleur est humilié et roué de coups toute la journée. 

Le Pouilleux massacreur:.

Le joueur qui a un as de pique doit volontairement se laisser blesser le dos de la main par les autres joueurs jusqu’au sang, et parfois jusqu’à l’os. Les risques de handicap et d’infection sont réels.

Les jeux de non-oxygénation

Ces jeux sont liés à l’arrêt de l’oxygénation du corps ou à son asphyxie par le moyen de la strangulation ou tout autre accessoire. S’ils portent différents noms, ils sont tous aussi dangereux les uns que les autres et les séquelles peuvent être grave, irréversibles et même entrainer la mort.

Rêve bleu ou rêve indien , jeu des poumons, de la grenouille… Ces jeux sont pratiqués en majorité par des collégiens, des témoignages rapportent aussi un engouement certain en primaire et parfois en maternelle.

Les plus connus de ces jeux et les plus mortels restent le « jeu du foulard » et le « jeu de la tomate ».

Le jeu du foulard.

Le jeu du foulard peut aller jusqu’à entraîner une hypoxie et se nomme de différentes façons : le rêve indien, le jeu du cosmos...il consiste à serrer le cou à l’aide d’un foulard ou un autre objet jusqu’à perdre connaissance. C’est une strangulation qui peut être mortelle ou créer des séquelles irréversibles sur le cerveau. 

Le jeu de la tomate.

Le jeu de la tomate consiste à retenir sa respiration le plus longtemps possible jusqu’à devenir tout rouge, d’où son nom et aller jusqu’à l’évanouissement.  

Les jeux de défi : T'es cap ou pas cap?

Inspiré des émissions télévisées américaines diffusées en France, ces jeux se basent sur le principe du « t’es cap  ou pas cap».

Le blue whale challenge.

C’est le challenge de la baleine bleue. Ce jeu tire son nom d’une légende qui dit que la baleine serait capable de venir s’échouer volontairement sur une plage pour se suicider. Il est composé de 50 défis qui vont du plus banal au plus sordide, pour finir avec le plus terrifiant se donner la mort.

Le déodorant.

Le but du jeu est de se pulvériser du déodorant sur la peau le plus longtemps possible pour tester sa résistance à la douleur. Cela peut entraîner de graves brûlures allant jusqu’à une greffe de la peau.

 

Les jeux interdits : comment les prévenir ?

Il y a différents indices qui peuvent nous indiquer qu’un enfant pratique ou aimerait pratiquer ce genre de jeu volontairement ou involontairement comme le jeu de la mort subite.

Des signes physiques comme des ecchymoses, lésions de la peau au niveau du coup, des céphalées intenses, des troubles visuels passagers, un état de faiblesse général ou des difficultés de concentration, des oublis, des absences brèves. Des signes comportementaux peuvent aussi nous mettre la puce à l’oreille comme la découverte d’un foulard, d’une écharpe ou tout autres liens quelconque, que l’enfant veut absolument garder auprès de lui sans aucune raison. Une agressivité soudaine, un repli sur soi ou même certaines questions en rapport avec les effets ou les sensations de la strangulation sont des signes qui peuvent alerter.

Comment trouver de l’aide ?

Tous ces sévices et l’humiliation qui en découle peuvent entraîner un stress permanent qui devient difficile à gérer jour après jour pour les enfants. Une aide psychologique peut être apportée au sein des établissements scolaires.

Il existe aussi des associations comme l’APEAS, Association de parents d’enfants accidentés par strangulation, qui peut agir, soutenir et délivrer des conseils auprès des parents. Cette association propose des interventions devant des groupes d’enfants et des conférences pour informer les parents ainsi que les professionnels de l’éducation.


La plupart des enfants ne sont pas conscients des risques liés à ces pratiques, la première des solutions qui peut être apportée est la prévention, il faut pouvoir en parler sans susciter l’envie. Il faut leur apprendre à se respecter, à respecter son corps et surtout à connaître les limites à ne pas dépasser dans les jeux. L’apprentissage du respect de soi et de l’autre, quelle que soit ses différences est primordiale.

Découvrez également comment protéger votre enfant des risques et accidents domestiques les plus courants et comment protéger vos jeunes enfants des risques électriques avec nos caches prises révolutionnaires.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.